Aimer - connaître

Aimer - connaître
Photo de Guy Leroy

samedi 1 mars 2008

Passionnée par le Maroc !

MAROC… Al Maghrib en arabe, c’est-à-dire « le couchant ou l’occident ». Al Maghrib est aussi le nom de la 4ème des 5 prières célébrées quotidiennement par le croyant. "Allah ou akbar" … Dieu est grand ! Ce sont les premiers mots de chaque adhan (appel à la prière). J’aime particulièrement l’adhan al Fajr, l’appel à la première prière de la journée, à cause d’une petite particularité : « …. Venez à la prière. Venez à la félicité. La prière est meilleure que le sommeil… »

Dieu est grand et le musulman le montre de diverses manières. Dans les dédales du souk, c’est la télé avec ses nombreux programmes religieux, ou la radio qui diffuse des versets du Coran. Soudain, vous ne pouvez plus rentrer dans une échoppe, une chaise ou tout autre objet vous barre l’entrée. Ici quelqu’un prie. Un soir à la gare routière, c’est un homme qui prie là, à même le trottoir, tourné face à un mur.

Dans le désert, l’un de nos chameliers faisait ses ablutions avec le sable avant de réciter dans un ordre bien précis, les sourates et autres zakats, apprises par cœur depuis son plus jeune âge.

L’espace d’un moment tout s’arrête. J’avoue avoir être touchée à chaque fois par tous ces gens qui se mettent à l’heure de Dieu par leur prière. Inlassablement, 5 fois par jour. Les femmes, elles, font leurs ablutions et prient plutôt à la maison. Elles ne sont pas tenues de se rendre à la Mosquée, sauf le vendredi à midi, pour la grande prière.

Mais le Maroc c’est aussi des chrétiens, des églises. A Marrakech c’est l’église des Saints Martyrs. Elle se situe dans le quartier de Gueliz, à 50m de l’avenue Mohammed V. (rue El Imam ali Gueliz). Mais celle que me tient le plus à cœur, là voici :

Eglise Notre-Dame de l’Assomption, à Essaouira, à 2 petites heures de Marrakech, à quelques centaines de mètres de l’océan. Jean-Claude, son curé, un homme à la grande barbe et cheveux longs attachés en queue de cheval, nous accueille. Il vient du Nord de la France et est ici en poste depuis 40 ans. A la question, y a-t-il des musulmans qui se convertissent au christianisme, il me répond en regardant le Touareg qui m’accompagne : "Mais un musulman est inconvertissable !"Je lui dis alors, "Je vous en présente un !" en lui désignant mon guide.

Et voilà que le ton change. Il parle. Oui, il y en a. A Marrakech, les protestants convertissent à tour de bras. Ils sont plus de 200 à se retrouver en cachette. Car ce n’est pas sans risque. En regardant mon guide, il lui dit : "Sais-tu que tu viens de t’engager dans un véritable chemin de croix ? Tu risques la prison." Oui, il le sait. Le prêtre nous explique que lui, il déconseille cette démarche à ceux qui s’approchent de lui. Il les encourage plutôt à rester au sein de leur communauté et à travailler pour l’ouverture, le dialogue. Car les islamistes essayent, ici aussi de gagner les foules à leur cause. Mais la grande joie de Jean-Claude, c’est qu’après de longues années de dialogue, d’esprit d’ouverture, il a réussi un exploit. Son église est la seule du Maroc dont les cloches sonnent tous les dimanches matin à 10h pour la messe. Le soir nous revenons à l’église. C’est l’Ascension. Une vingtaine de Chrétiens de différentes nationalités sont là. L’espace d’un moment, nous nous sommes aussi mis à l’heure de Dieu, nous avons fait une pause dans nos vacances pour la prière, pour la rencontre avec Dieu. Et les oiseaux, qui ont élu domicile dans la petite église, mêlent leur chant à nos chants de louange.

Sortie de la messe, un policier est là, assis sur un banc. Brusque retour à la réalité… oui, il y a quelques mois des attentats terroristes à Casablanca ont eu lieu. C’est pour notre protection.

Manuela

Aucun commentaire:

Publier un commentaire