Aimer - connaître

Aimer - connaître
Photo de Guy Leroy

mardi 3 juin 2008

Pensées en vrac !

L'humour est une chose mystérieuse ! J'aime ce mystère aussi peut-être parce que je le saisis mal, mais surtout parce qu'il est source d'émerveillement. Faire rire est un plaisir savoureux et immédiat à goûter simplement. Quelle incroyable complicité peut s'instaurer entre deux personnes qui savent rire... - d'eux-mêmes !

Rire, c'est d'abord une affaire de sens... dans tous les sens du mots. Je dirais même plus : la raison même du rire est une méprise sur le sens, ou parfois encore un trop-plein de sens... souvent insensé ! L'insensé peut bien faire rire par ses bêtises, il n'en maîtrise pas pour autant l'art, parce qu'il ne voit pas le sens et la portée des actes qu'il produit. Ainsi, il faut je le crois - et c'est le paradoxe - être profondément sensé pour faire rire. Il faut avoir conscience - au moins un peu - de ce qui se joue. Je ne signifie pas ici que l'on peut maîtriser le rire, personne ne le peut ! Mais, comme dans tout art, il y a une base et quelques règles à respecter. Il faut d'abord que l'univers ait un sens, un sens profond pour soi, car le rire s'en nourrit. Et, ensuite, savoir que, pour que le rire puisse accomplir sa besogne, il faut lui créer un espace, un vide. La rire se moque de la vacuité, il l'emplit lui donne un sens nouveau pour immédiatement mieux s'en moquer. Comme il est paradoxal, le rire est profondément unificateur : source d'unité intérieure et d'unité entre les personnes. Je vous le dis : le rire est un mystère merveilleux. D'ailleurs, je pense que Dieu est humour !

Comme je l'ai dit, rire c'est donc accepter une distance par rapport au réel... C'est, à mon sens, cette distance qui permet le rire. Pour autant cette distance - ironie ! - doit être appréciée à la même aune par l'amuseur et par l'amusé pour déclencher le rire... Distance donc par rapport à la réalité, mais même longueur d'onde entre l'amuseur et l'amusé tel est le secret de l'hilarité !

Le rire ne se laisse pas enfermer, il intervient (au sens profond du terme), il "vient entre", il n'appartient à personne. Il est volage, et n'est jamais vraiment là où on l'attend. Il est libre et c'est pourquoi, pour faire rire, il faut être vif et prendre son passage au vol. Il faut aussi être soi-même libre d'une grande liberté intérieure ! Le rire vient de loin, du plus profond de notre être ! On ne contrôle pas son rire ! Il est jaillissement de vie et anime les êtres comme pour leur dire : "vous avez la vie en vous, soyez dignes de votre vie de femme et d'homme. Aussi dur que soient vos souffrances et vos peines, vous pouvez prendre de la distance avec tout ceci ! Riez, remettez vos soucis à leur juste place ! Tout est grâce !"

Prenons notre envol pour rire aux corneilles, pour s'épancher du ridicule, de la gausserie des nobles et de ses propres lapsus ! Le rire est sain et profite à ceux qui s'y emploie dans la joie et l'humilité... car il en faut !

A la suite de ce mot, voici quels autres "pensées" jaillit ici et là dans mon quotidien ... pas nécessairement rigolo... les pensée donc, pas mon quotidien !
- La recherche artistique est aussi celle du déséquilibre.
- Sachons être intelligemment paradoxaux ! Tel est le secret de l'éveil.
- Les gens sont des désaxés puisqu'ils n'ont de cesse de rechercher leur équilibre. Les fous seraient-ils donc simplement des désaxés inconscients ?
- Il faut s'efforcer de dire des choses simples, car ce sont elles qui éclairent l'esprit et surtout ce sont elles auxquelles on ne pense jamais.
- L'écriture est un paravent qui cache la nudité de ceux qui n'ont la force de se cacher que derrière des mots.

La suite un autre jour ...

Pascal Tornay

Aucun commentaire:

Publier un commentaire