Aimer - connaître

Aimer - connaître
Photo de Guy Leroy

mercredi 8 février 2012

Être ensemble, d'abord !

http://www.paroisse-morlaas.org
J'aimerais rappeler une chose essentielle pour un Conseil de communauté. Essentielle si vite oubliée... Ce n'est pas moi seul qui tient cette parole pour essentielle, évidemment, c'est l'Eglise.

Quel est le rôle premier d’un Conseil de communauté, comme d’ailleurs de tout autre groupe de vie en Eglise ? Qu’est-ce qu’on peut bien venir y faire ?

Et bien d’abord et avant tout, on ne vient rien y "faire" ! Chacun a été appelé à se rassembler pour vivre l'Esprit dans la communauté ecclésiale. Le Conseil de communauté est d’abord un corps constitué pour manifester « l'être-ensemble » d'un peuple en marche. Chacun vient en raison de sa conscience communautaire et de son importance pour la croissance de chacun et de l’ensemble, en raison de l'amour même du Christ pour l'humanité. On y vient d’abord parce que c’est le Seigneur qui structure et donne sens à ce Corps social et spirituel qu’est l’Eglise et à ce qu'on vit ensemble. Et enfin seulement, on y vient dans le but participer à la vie communautaire, de l’organiser, de la planifier, de la conduire, d’y faire signe.

Ainsi, ce qui est d'abord constitutif de la communauté croyante, ce n'est pas le fait d'avoir des projets ou des choses à faire ensemble. C'est avant tout la présence de Dieu au milieu de nous. Venir aux rencontres du Conseil de communauté ou du Conseil de paroisse, c'est avant tout pour partager l’ « être-ensemble-devant-Dieu ». Evidemment, cela ne va pas sans les tâches pratiques, mais rappelons que cet élément fondamental – faire Corps – est à poser avant tout.

Ensuite seulement, au cœur de cet « être-signe-ensemble », prennent forme une mission, un travail, des projets au service de l'unité et de la vie des communautés et les tâches subséquentes de planification, d’organisation, d’orientation, de partage des joies et des peines des fidèles et de la communauté toute entière.

Il est si important de saisir cela, car sinon, l’on se rue tête baissée dans l'activisme en perdant de vue le Maître du projet et ses objectifs à Lui. C'est ainsi qu'on peut en arriver à faire l'impasse sur l'essentiel, sans s'être d'abord mis au diapason de l'Esprit. Rapidement, nous perdrons alors motivation et enthousiasme, car nous n’aurons qu’une unité de surface et un amour de façade les uns pour les autres.

Animer une communauté dépasse infiniment les capacités d'un groupe de personnes, même bien intentionné. L'Esprit est toujours là, mais nous devons nous mettre en sa présence. Et cela ne se fait pas de soi...

Serait-ce si fou d’imaginer qu’un Conseil de paroisse puisse se réunir parfois avec le seul ordre du jour d’écouter la Parole, de la travailler ensemble pour connaître les aspirations auxquelles le Maître de la moisson souhaite que nous répondions. A la fin d’une telle rencontre, il aurait travaillé tout aussi efficacement, dans la perspective de l'éternité pour autant qu’il mette en pratique ce qu’ils ont reçu. Je ne dis pas aux laïcs engagés et aux prêtres de ne rien faire. Je leur dis : placez avant tout le fait « d’être-ensemble », le fait de « faire corps » comme valeur primordiale et fondatrice de tout agir.

Pascal Tornay

Pascal Tornay

Aucun commentaire:

Publier un commentaire