Aimer - connaître

Aimer - connaître
Photo de Guy Leroy

samedi 28 décembre 2013

Entraînement régulier

Eugène Delacroix,
Lutte de Jacob avec l'Ange (détail),
1855 ?-1861
Peinture à l'huile et cire sur enduit, 
Paris, Eglise Saint Sulpice

Lorsque je questionne des enfants, leurs réponses, parfois étonnantes à première vue, expriment souvent un bon sens simple et bien orienté. A la question de savoir s’ils estimaient plus important de gagner ou de participer, les conclusions furent assez claires : « Il faut aimer participer, mais vouloir vraiment gagner c’est encore beaucoup mieux ! » 

N’êtes-vous pas d’accord ? N’est-ce pas triste de rester en marge ? Décourageant de voir le camp adverse gagner sans cesse ? Anéantissant d’entendre constamment les critiques acides des absents ou des «sachant-mieux»? Ne seriez-vous pas désorientés de voir des gens participer sans plus avoir de goût pour la victoire ? Des gens agités au milieu d’autres tout aussi agités, l’air hagard, les yeux assis et les mains pleines… Au contraire, n’est-ce pas plutôt touchant et bouleversant de voir une équipe – malgré ses peines – mettre toute sa bonne volonté et ses compétences au service de l’unité et de la victoire ? Même si au score elle finissait par perdre, elle n’aurait pas complètement perdu… Certains autres voudraient bien gagner, mais sans entraînement régulier, sans payer de leur personne. Comme si la victoire s’attrapait comme ça, en passant, en coup de chance ! Quelle méprise ! Parlez à des champions et demandez-leur le prix de leur victoire. Ils vous diront – sûr – que toute victoire se gagne dans le don de soi-même, de son temps et ce, souvent sans compter. La Victoire est une Passion !

Et nous, chrétiens d’ici, ne sommes-nous pas parfois des chrétiens de la marge, un peu hagard, des chrétiens sans passion aux yeux assis et aux mains pleines ? Ce Temps de Noël qui nous est donné jusqu’au début du Carême (5 mars) pourrait être l’occasion de renouveler notre désir de gagner et surtout de nous entraîner plus régulièrement pour la victoire qui se gagne dans le Christ au service des frères et sœurs, à l’adoration silencieuse et à la prière communautaire.

Guy Lohmuller,
Le bien et le malArtiste roumain, Brasov, 2005
(c) www.livegalerie.com



Je crois qu’au fond, nous voulons tous gagner ! Je crois que ce désir est vraiment bon et légitime, plein de justice et de vérité… plein de Dieu ! Oui, je crois qu’il nous faut vouloir gagner dans la vie. Il nous faut même vouloir gagner LA VIE. Je crois vraiment que participer, comme me l’ont dit les enfants, ce n’est pas suffisant…

Mais alors quel sens profond revêtent les victoires pour nous les chrétiens ?
Cette question, je vous la laisse à ruminer et à mûrir, durant ce Temps de Noël… N’est-ce pas dans la mûrissement d'une conviction profonde que se trament les plus grandes victoires ?

Pascal Tornay

Aucun commentaire:

Publier un commentaire