Aimer - connaître

Aimer - connaître
Photo de Guy Leroy

vendredi 1 février 2008

Dieu existe, car l’Homme n’est pas assez fou !

Un des merveilleux vitraux de la chapelle de Sarreyer (Val de Bagnes, Valais, Suisse) nous fait pénétrer dans le Mystère d’un Dieu inattendu.

Loin de signifier une réalité douteuse et angoissante parce qu’imperméable dans sa totalité à la raison humaine, le Mystère de Dieu s’offre à nous dans une contemplation simple et libératrice. C’est d’ailleurs ce que ce mot signifie en grec.

Voici cet être tout-puissant d’amour, respectueux d’un respect qui nous dépasse… Le voici ce Mystère : ce Dieu, qui n’est que don de lui-même, et qui va aller jusqu’à se soumettre à ses propres créatures pour les exhorter à prendre résolument le chemin de l’Amour. Nous nous rappelons chaque année, le vendredi saint, que l’Homme a refusé d’entendre le cri tendre et déchirant de Jésus ! L’Homme a mis à mort dans le plus grand dénuement, le Fils-Amour de l’Amour venu le sauver de sa misère, où il se vautre encore actuellement.

Amis, Dieu a montré sa toute-puissance. Une toute-puissance qui fait vivre éternellement et qui rend l’Homme heureux de tout recevoir du cœur de son Dieu-Ami. Oui, Jésus le Christ a été mort, mais il est vivant : Vivant à jamais ! Son Père l’a ressuscité d’entre les morts. Il est pour toujours la Pâques, le passage, entre le Ciel et la Terre. Il nous propose aujourd’hui de vivre éternellement dans Sa paix et Sa joie !

Alors que nous cherchons par tous les moyens médicaux à rallonger la vie terrestre, avons-nous oublié, que, si notre corps doit bien mourir, notre personne, elle, est immortelle. Oui, nous  sommes immortels ! En plein cœur de la nuit, il nous faut exulter. Pensons-y au moment où, au cœur de la liturgie de la Vigile pascale, le cri de « l’Exsultet » (= bondir de joie !) retentit : Christ est vivant avec nous à jamais !

Dieu existe, car l’Homme n’est pas assez fou. L’Homme existe justement parce qu’un Dieu assez fou l’a aimé dès l’origine, l’aime au point de le laisser libre et de lui donner son propre Fils unique pour lui manifester sa tendresse dans la chair et le sang. Je dois l’admettre bien souvent : cet amour est folie pure ! Il faut être Dieu pour avoir mis au point un projet d’amour pareil avec des risques pareils. Mais Dieu est Dieu et il sait où il va ! A sa suite, devenons des « fous » dans l’amour à la manière de Dieu. Faisons lui confiance, malgré tout ce qui, apparemment, témoigne contre Lui.

Pascal Tornay
Mars 2007
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire