Aimer - connaître

Aimer - connaître
Photo de Guy Leroy

samedi 18 septembre 2010

L'Amoureux éperdu...

(c) http://mel-mel57.skyrock.com
Les risques de l'amour... Faut-il n'en plus jamais prendre parce que l'on a pu être même terriblement déçu ? Que nenni, l'on perdrait alors et l'amour et l'espérance... Et d'entre les deux, il en est un qu'il ne faut jamais égarer sous peine de mort ! Mourir d'amour, c'est possible, mais pas encore assez grave pour perdre coeur à jamais... Voilà mon espérance : elle est plus la plus forte, car elle dépasse le seul coeur humain.

Ce texte poétique est tiré et adapté du texte de Michel Berger qu'il écrivit pour la chanson "La groupie du pianiste". La Groupie du pianiste est une chanson écrite, composée et interprétée par Michel Berger pour l'album "Beauséjour" paru en 1980. Il s'agit de son premier grand tube. Le texte originel parle d'une groupie qui s'est éprise de son pianiste. Celui-ci, imbu de lui-même et aveuglé, est présenté comment absolument indifférent aux sentiments amoureux de sa partenaire de scène. Pour sa part, l'admiration et le fol espoir de notre groupie la porte à aller jusqu'à hypothéquer son existence, dans l'idée qu'un jour peut-être, il puisse être mu par de pareils élans... Mais, aussi belles que soient les causes et les combats de l'amour, les engagements authentiques et durables ne sont pas des entreprises philanthropiques ! On ne peut décidément aimer qu'en passant par soi et cela n'a rien d'égoïste. Je prêche pour ma paroisse.


(c) http://parisrivegauche.blogspot.com

Il passe ses soirs à l’attendre
À espérer et à comprendre
L’amoureux éperdu
Dieu que cet homme a l'air confus
Amoureux d’une statue
L’amoureux éperdu
Il fout toute sa vie en l'air
Et toute sa vie c'est pas grand chose
Qu'est-ce qu'il aurait bien pu faire
À part prier tout seul chez lui
Le soir contemplant le ciel rose

Il passe sa vie à l'attendre
Pour un mot pour un geste tendre
L’amoureux éperdu
Devant chez elle ou dans la rue
Il rêve de partager sa vie
L’amoureux éperdu
Il la suivrait jusqu'en enfer
Et même l'enfer c'est pas grand chose
À côté d'être seul sur terre
Et il y pense dans son lit
Le soir quand le ciel est morose.

Il l'aime, il l'adore
Plus que tout il l'aime
C'est beau comme il l'aime
Il l'aime, il l'adore
C'est fou comme il aime
C'est beau comme il l'aime

* * *


Il a des vues sur leur avenir
Elle, elle a quitté le navire
L’amoureux éperdu
Elle reste là sans rien dire
Pendant qu’il conte son désir
L’amoureux éperdu
Quand la soirée est terminée
Il lui confie ses espoirs
En rêvant qu'elle va l'emmener
Passer le reste de sa vie
Au plus profond de son regard

Il pressent qu’elle est perdue

Il sait qu’il laissera l'élue
L’amoureux éperdu
Mais Dieu que cet homme est têtu
Amoureux d’une ambiguë
L’amoureux éperdu

Il fout toute sa vie en l'air

Et toute sa vie c'est pas grand chose
Qu'est-ce qu’il aurait bien pu faire
À part prier tout seul chez lui
Le soir contemplant le ciel rose

Il l'aime, il l'adore

Plus que tout il l'aime
C'est beau comme il l'aime
Il l'aime, il l'adore
C'est fou comme il aime
C'est beau comme il l'aime
 

* * *
 
L’amoureux éperdu

Eperdu sans issue
Sauf celle de la colère
qu'il préfère laisser derrière...
Sauf celle du courage
De mettre sa vie à la page…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire