Aimer - connaître

Aimer - connaître
Photo de Guy Leroy

dimanche 10 juin 2012

La musique du vivant


Une mélodie qui vous a fait frémir, ne vous a-t-elle jamais paru être vivante ? C'est ainsi qu'elle nous transporte. Elle nous conduit ailleurs. Là, peut-être, où jamais nous ne serions allés tout seuls. Avec elle, peut-être sommes-nous rassurés ? Peut-être est-elle cet homme solide qui, par un geste viril, a affermi notre confiance. N'est-elle pas cette femme aux formes accomplies qui parvient, par un sourire malicieux, à ouvrir une brèche dans notre habituelle surdité ? 

La musique nous apparaît parfois vraiment comme une personne à qui nous faisons face. Toute une communauté même ! Et, paradoxe, fut-ce à travers un vibrant unisson ! N'avez-vous jamais entendu les masses d'êtres cosmiques et mystérieux qui se mettent en branle en nous alors qu'une voix pure embrasse l'air ou que le hautbois entonne les premières notes dans un silence pesant ? Nous n'aurons jamais fini d'embrasser la musique, car elle ne se laisse pas saisir si facilement. Peut-être aurons-nous la joie d'en goûter quelques frémissements à l'orée d'une rentrée en soi ?
Il ne lui en faut pas plus pour qu'elle se laisser contempler...

La musique est une langue belle 
qui ouvre à l’univers intime
et dénude tendrement ceux et celles
qui lui offrent leur rimes.


La musique est une femme ronde.
Par ses courbes maternelles,
sa mélodie rassure et nous inonde
d’une douce confiance sensuelle.


La musique est un homme droit.
On le suit en le croyant cruel.

Mais ses beaux yeux clairs et béats
lui donnent un air doux et paternel


La musique est une famille unie.
Ses membres ne parviennent à façon

que quand à leur mission, ils ont obéi
ou quand chacun enfin surpasse sa raison.


La musique est comme une prière,
car elle est comme un germe, un ferment
reliant l’insondable mystère
de l’infiniment petit à l’infiniment grand.


La musique, ce sont des retrouvailles.
Rendez-vous subtil de nos élans cachés,
entrailles divines déployant la merveille
sans cesse nouvelle-née





Enfin, la musique la plus belle
est celle qu’en moi mon âme exhorte
quand je vibre au diapason éternel
de la beauté que je porte.


Pascal Tornay

Aucun commentaire:

Publier un commentaire