Aimer - connaître

Aimer - connaître
Photo de Guy Leroy

jeudi 7 août 2008

Hommage à Alexandre Soljenitsyne ou l'art de l'esprit critique constructif

Alexandre Soljenitsyne a été pour beaucoup l'âme contestataire d’un contre-empire soviétique. Il a porté lourdement les conséquences de son esprit critique avec les interdictions de parole, l'exil, et les camps de travail forcé. Il a, selon moi, donner les preuves d’une attitude philosophique de grande envergure. Le 3 août 2008, son propre pays, celui qui l’avait persécuté, lui a fait des funérailles nationales. Il n'est jamais trop tard pour bien faire. Comment vous rendre hommage cher Alexandre ?

La prière d'Alexandre

"La lutte pour la liberté que nous ignorons en Occident, des hommes et des femmes en Union soviétique la mène âprement et parfois au risque de subir ce qui est pire que la mort : la désintégration de leur personne dans des asiles conçus pour réduire à néant tous ceux qui veulent vivre, agir et penser en hommes libres. (...) Il fallait un géant comme Soljenitsyne pour nous en faire prendre conscience."  André Martin
On peut critiquer bien des choses dans la pensée d'un Soljenitsyne, et notamment sa manière trop peu ouverte de penser le concept de nation. Ce qui est intéressant chez lui, outre le contenu de sa réflexion, c'est son attitude philosophique. La philosophie est une science à part. Elle ne se résume pas – comme on voudrait le faire croire parfois dans les lycées où l’on donne l’impression de l'enseigner – à la pensée d'une élite et encore moins à connaître la pensée des grands auteurs. Ainsi vue, la philosophie me semble assez peu dynamique et peu en prise sur le réel. La philosophie est à la fois un outil intellectuel et une attitude intérieure. Les deux aspects doivent interférer parce que la pensée, déconnectée d’un certain sens pratique, se vide de son sens profond. La philosophie, en se distanciant du réel, en en ayant une vision critique mais constructive, a pour but – paradoxalement – de conduire à plus de vérité, de profondeur et de lucidité sur le réel. C’est ainsi qu’elle acquiert sa crédibilité et donne de véritables fruits qui donnent un sens au réel. La philosophie est la science du sens, c’est une méta-science. Ainsi, le philosophe authentique – s'il doit être rigoureux et honnête lorsqu’il argumente, construit et confronte sa pensée – doit se doter d'autres moyens pour rendre crédible sa pensée. Il lui faut des actes. Comme la foi, il n’y pas science qui ait une influence plus concrète dans la vie de tous les jours que la philosophie. Elle est à la source de la l’action des hommes et de leur vision d’eux-mêmes et du monde.

Un livre sur son combat : André Martin,
Soljenitsyne le croyant :
Lettres, discours, témoignages
,
Editions Albatros (Etapes),
Paris, 1973, 190 p.


Pourquoi donc rendre hommage à ce cher Alexandre ? Parce qu’en termes d'actes de courage, Soljenitsyne n'est pas en défaut. Il a incarné sa pensée et sa réflexion dans le quotidien de sa vie en poursuivant sa critique acerbe d’une classe et d’un système politique véreux, arbitraire et mortifère. Indépendamment des méandres de sa réflexion et des critiques que l’on pourrait lui faire sur le contenu de sa pensée, je dis que voilà une attitude philosophique.

Bien sûr, la cohérence entre nos paroles et nos actes, n'est pas encore suffisante, car la cohérence avec soi-même n'est gage ni de justesse, ni de vérité. Nous ne sommes pas la mesure de toute chose…

Cher Alexandre Soljenitsyne, je vous adresse mes hommages pour votre contribution et votre engagement dans l’avancement de la cause des êtres humains et vous souhaite de passer un beau temps auprès du Christ Seigneur, le seul Philosophe dont la Personne, la crédibilité et la Parole furent seules source de vie, parce qu’Il est, Lui, le Chemin, la Vérité et la Vie.

Pascal Tornay

Aucun commentaire:

Publier un commentaire