Aimer - connaître

Aimer - connaître
Photo de Guy Leroy

lundi 27 mai 2019

En couple en Eglise...

Famille, travail, amis, loisirs et pastorale : voilà un beau cocktail d’équilibriste… On pressent qu’une « belle foi » ne suffit pas ! Sans un travail d’écoute véritable et de dialogue authentique, sans un lent mûrissement, il est certainement impossible de se donner en partage à sa communauté dans un service ou dans un autre. Vivre en couple une collaboration durable en Eglise dans l’unité et la diversité : tel est le défi ! N’est-ce pas finalement le défi de toute vie ?

Colette : Dès l’origine de notre histoire commune, éloignés l’un de l’autre, Pascal et moi avons expérimenté l’importance de l’abandon au Seigneur à travers diverses situations rocambolesques. Notre amour nous a poussé à poser des actes concrets (fiançailles) de l’amour du Christ jusqu’au don de soi pour l’autre. Sept ans ont passé, des enfants sont venus, d’autres engagements sont apparus. Prier ensemble constitue pour nous incontestablement le terreau dans lequel s’enracine nos engagements –  différents pour l’un et l’autre – mais communs.

Pascal : A l’heure où je s’apprête à recevoir le sacrement de l’ordre pour servir le Seigneur d’une manière encore nouvelle dans le diaconat, j’entends encore Colette, tour à tour catéchiste, théologienne, épouse et grande sœur dans l’Esprit Saint, me dire, il y a 4 ans : « Mon Cœur, il était temps que tu te décides à répondre à cet appel. » Ce désir diaconal prend donc sa source loin en amont de nos deux vies. Il s’ancre et se déploie dans notre amour conjugal. Nous souhaitons que jamais il n’en soit le concurrent. Nous y veillerons.


***

S’engager comme couple n’est pas une sinécure.
Comme tout engagement, c’est plutôt une aventure :
Avec tout ce qui s’y joint de beau et de grand…
Mais, voilà, gare aux bulles et aux débordements !

Plus le mât pointe haut au-dessus du navire,
Plus grandes sont les voiles qu’elles viennent servir,
Plus lourde sera la quille et du meilleur calibre,
Invisible garante de tout le bâtiment et de son équilibre.

***

dimanche 19 mai 2019

Pourquoi diacre ?

Je me rends bien compte que le ministère du diacre questionne les gens. C’est une très bonne chose ! « Pourras-tu faire ‘plus de choses’ ? », me disent certains. « Qu’est-ce que ça changera dans ton travail ? », demandent d’autres. Ou encore : « Bravo pour ta promotion ! » Quelques personnes ont même regretté que le diacre soit confiné dans une sorte de ‘sous-ministère’ ne pouvant ‘même pas’ célébrer tel sacrement. Ces retours m’indiquent qu’encore beaucoup perçoivent les ministres de l’Eglise comme des agents ‘prestataires de services’.


Si vous saviez ! Je ne vis pas ainsi l’appel que le Christ a posé sur moi. J’ai demandé au Seigneur de transformer mon cœur en profondeur pressentant que ce serait à partir d’un cœur nouveau – petit et pauvre – que je pourrais vivre à fond cet appel. Petit et pauvre au sens où, selon la parole de St Jean-Baptiste, « il faut qu'Il croisse et que, moi, je diminue » (Jn 3, 30). Je suis simplement dépositaire d’un fol amour qui se manifestera à tous à travers un service spécial. Il ne s’agit donc pas d’une nouvelle ‘fonction’, mais d’un appel puissant à ‘descendre’ vers les pieds des gens comme Jésus lavant les pieds de ses apôtres et à vivre ainsi en serviteur de l’amour, comme le ‘Dieu Très-Bas’, écrivait Christian Bobin.

J’aborde donc ma vocation en frémissant : je découvre pas à pas le chemin qui se trace devant moi. « Que puis-je faire pour toi Seigneur ! », lui dis-je… « Vers qui m’enverras-tu ? »

mardi 23 avril 2019

Ordination diaconale de Pascal - 9 juin 2019

Par le don de l’Esprit Saint, pour l’annonce de la bonne Nouvelle et au service de tous,
Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion
ordonnera diacre

Pascal Tornay 

dimanche 9 juin 2019 à 15h 
à l’église St-Michel de Martigny-Bourg
en la fête de la Pentecôte.

SOYEZ LES BIENVENUS ainsi qu’à l’apéritif qui suivra.
Inscriptions nécessaires avant le 20 mai 2019 


Devenir diacre ?
____________________________________

Propos recueillis par Jean-François Bobillier, animateur pastoral

Depuis peu, j’ai la chance de connaître une nouvelle et belle amitié. C’est rare et précieux un ami ! Du coup j’aurais bien aimé le garder pour moi. Mais voilà qu’il lui prend une drôle de lubie : enfiler une nouvelle tenue de service et se donner à tout-va ! Comment, me direz-vous ? En osant amorcer un virage audacieux dans sa vie : devenir diacre ! Non mais franchement, Pascal, éclaires-nous un peu parce qu’on peut concevoir – à la limite – que tu te mettes au yoga, que tu prennes un abonnement au FC Sion ou que tu ouvres un salon de barbier… mais pas devenir diacre !

Alors diantre ! C’est quoi un diacre ?
En réalité, personne ne le sait vraiment ! Et la plupart des catholiques, même les prêtres, sont embarrassés pour donner une réponse satisfaisante… Le Concile Vatican II a rétabli ce service dans l’Eglise comme une mission propre. Alors que, jusqu’en 1965, on était manifestement diacre que pour « monter » vers le sacerdoce… Moi, j’ai peur en altitude, la première marche m’ira très bien !

Oui mais zut ! C’est quoi le but ?
Difficiles tes questions ! Si personne ne sait vraiment ce qu’est un diacre… Il me semble qu’on n’est pas tellement mieux paré pour parler du ou des buts du diaconat… Le mot diacre (diakonos) désigne le serviteur, terme qui n’est pas bien loin de celui d’esclave (doulos) ! Si le sacerdoce manifeste plutôt le Christ pasteur, berger de son peuple… Le diacre manifeste le Christ serviteur (souffrant ?). Bref, c’est pour dire combien l’affaire n’est pas une promotion ecclésiale !

Sapristi ! T’es tant attiré par la sacristie ?
Jeune, je ne me sentais pas à l’aide avec les jeunes de mon âge ! Anticonformiste, la sacristie m’allait comme un gant : j’étais de toutes les célébrations, de toutes les combines paroissiales… Et je m’étais rendu finalement indispensable à mes curés… En fait, au fond, je sentais une frémir la vie dans ce milieu. Il m’a été d’un grand secours pour traverser ma jeunesse… tout près du Seigneur. Je me rappelle qu’une personne m’avait déjà « taxé » de « diacre de Vollèges » à cette époque !

Aïe ! T’auras deux fois plus de travail ?

Aïe, sûrement ! Mais le curé Jean-Pascal sauras mieux le dire lui qui est prêt à cocher la case « liturgie » dans mon cahier des charges… Disons qu’au lieu d’être aux côtés de ma famille lors des messes, je leur pourrais leur faire des « clins Dieu » depuis l’autel.
Le diacre est entre autres habilité à baptiser et à célébrer des mariages… Mais tout ce qu’il peut faire, un prêtre peut le faire : il est donc inutile au sens où c’est un pauvre type qui se glisse dans les failles… D’où le fait qu’il est faillible et donc fragile et pauvre… On ne peut rêver mieux pour être du côté des plus vulnérables ! Voilà une des missions essentielles du diacre… Prendra-t-elle du temps, nul doute… Il faudra que j’aiguise mes carres pour surfer encore plus finement entre engagement ecclésial et familial.

Ouïe ! Mais t’as pas un peu la trouille ?
Bien sûr… Pas qu’un peu. Que te dire : l’angoisse et moi, on est « amis » depuis belle lurette… Elle m’a fait passer par des chemins très escarpés. J’ai dit oui, mais la route n’est pas tracée d’avance ! A chaque fois, j’ai dit au Seigneur au fond de moi : avec toi seul, ça passera ! Tu sais, on a beau apprendre la théologie pratique, mais lorsqu’une famille pleure et que ses membres ont besoin d’une parole pour traverser, ouïe !
Dans l’Ancien Testament, le Seigneur appelle Jérémie à son service. Jérémie frémit et s’exclame :
– « Je ne sais pas parler. Je ne suis qu’un enfant ! »
– Ne dis pas cela, rétorque Dieu, tu iras vers tous ceux à qui je t’enverrais. Tu ce que je t’ordonnerais, tu le diras… Je serais avec toi ! »
Bref, tu vois comment je me sens !

Saperlipopette ! Mais qu’est-ce qu’elle dit Colette ?
Colette a un émetteur-récepteur spirituel hors du commun… bâti à partir d’une riche expérience humaine et ecclésiale ainsi que d’une formation théologique. Donc, lorsque je me suis dit qu’il fallait lui parler de ce que je sentais, Colette a rétorqué : « C’est pas trop tôt ! » J’ai donc été assez vite confirmé qu’il fallait creuser dans ce sens !

Mais diable ! C’est le bon Dieu qui t’appelle ?
Je le crois vraiment ! Après mes études de sciences politiques, avec les copains, on s’était fixé que celui qui atteindrait un ministère le premier paierait une belle soirée arrosée… Devenant, animateur pastoral en 2008, je les ai tous devancé… Les ayant perdus de vie, je me dis que ce sera plus simple d’attendre les noces éternelles pour fêter ça. Prions que tous y soient !

Baste ! Je te sens plutôt enthousiaste…
Oui, la joie est là ! Elle est mêlée à un tressaillement face à l’Immense ! Vers qui, vers quoi cela mènera-t-il au quotidien ? « Viens et tu verras ! »

À la bonne heure ! Pour toi, c’est quoi le bonheur ?
Le bonheur, selon moi, c’est adhérer à la vie ! Coller à ce qui m’est proposé aujourd’hui… même et surtout l’imprévu où Dieu se cache souvent… Un défi !

M’enfin ! J’te laisse le mot de la fin.
Pourvu qu’il soit « vie » ! Je dirais volontiers, à la suite du pape François : « Ami, prie pour moi ! Pourvu que ma vie te serve Seigneur… »

Article paru dans l'ESSENTIEL, Le magazine paroissial du Secteur Martigny, avril 2019

vendredi 29 mars 2019

Exit or not brexit, telle est la question…

Le 29 mars, le Royaume-Uni sortira de l’Union européenne. Un séisme ! A l’heure où ces lignes sont imprimées aucun accord de sortie n’a été trouvé et, dans certains domaines, notamment celui de la libre circulation des personnes et des relations commerciales, l’incertitude croît… Exit la Grande-Bretagne ! Une première dans la courte histoire de l’UE. Au-delà des symptômes, qu’y voir plus profond dans cette rupture ?

Ce n’est pas un secret, les « pères de l’Europe », au sortir des deux conflits mondiaux dévastateurs, ont tenté de bâtir une nouvelle communauté (CECA, CEE) sur des soubassements teintés par les valeurs chrétiennes. Il en reste de nombreuses traces dans le droit européen, notamment celle de la solidarité entre les Etats. Certains voient aussi un indice chrétien sur le drapeau de l’UE avec ses 12 étoiles qui prétend symboliser justement la solidarité et l’union entre les peuples d’Europe. Ces étoiles rappellent – à qui veut bien – la « médaille miraculeuse » de la Vierge Marie, qui la représente avec une couronne de 12 étoiles qu'évoque l'Apocalypse de saint Jean.

La GB rejoint donc la CEE en 1973, devenant le 9e Etat de la proto-union. A l’aube de la 43e année d’union, voici que les britanniques votent pour en sortir… De leur côté, les médias parlent volontiers de divorce… Le terme est lâché ! Comment va-t-on comparer l’union conjugale à l’Union européenne ? A l’instar des individus, après la joie des premiers émois, tenir dans la durée à travers vents et marée est un défi de taille pour une union politique. Souvenons-nous des premiers siècles d’histoire de Dame Helvétia… Tenir un dialogue ouvert et franc, favoriser les compromis, jouer habilement dans les négociations, affiner les équilibres, poser des règles claires, tenir compte des différences… On se croirait en couple !

Par ailleurs, tant au plan politique qu’au plan individuel, si la volonté de s’unir repose sur le seul fait d’y trouver et d’y défendre un intérêt personnel ou particulier, force est de constater que la base d’unité est trop mince et que tôt ou tard, la situation devant inéluctablement se gâter, l’union sera fragilisée… On veut vivre l’unité, mais pas à tout prix ! On redécouvre que l’unité n’est pas ce dont on avait rêvé ! Qu’elle nous coûte cher, trop cher… On se sent prisonnier, alors on se sépare pour préserver ses intérêts… Chacun fait son calcul ! On le sait pourtant, le mariage comme l’union des peuples n’a aucun avenir s’il se jauge à l’aune de simples pesées d’intérêts. Sans utopie, sans rêve, sans désir qui nous dépassent et qui nous font nous dépasser, nous retrécissons et devenons mesquins, peureux et agressifs.

En ces temps de crispation et de repli identitaire, nous avons besoin de pionniers fous comme l’étaient les « pères de l’Europe », d’aventuriers en manque, de rêveurs impénitents,… et de croyants lucides, de ce genre de personnages excentrés qui élèvent notre regard au-delà des possibles humains, au-delà des frontières, des « exits » et des « brexits » Le Christ a été l’un d’eux pour les juifs puis pour toutes les nations : il crie encore au cœur de celles et ceux qui croient qu’à Dieu rien n’est impossible… 


Crédit images:
© wft.ie (brexit1)
© 1.bp.blogspot.com (brexit2)

dimanche 10 mars 2019

Il faut y croire pour le voir…


Tiens, d’habitude c’est le contraire… L’aumônier a dû se tromper ! – ça arrive 😉 ! Il faut le voir pour le croire, c’est ça la phrase consacrée… On ajoute encore : – « Je l’ai vu de mes propres yeux… Il était là ! » Et l’interlocuteur de répliquer, comme pour ajouter la dernière couche :  – « Ce n’est pas vrai ! »

En vérité nous avons l’habitude de faire confiance à nos sens qui nous donnent généralement – il faut le dire – de bonnes indications sur les situations qui nous entourent. Perdre un de ses sens nous place dans une situation extrêmement pénible : c’est un sérieux handicap. La vue, en particulier, contrairement aux quatre autres sens, nous donne des indications sur ce qui se passe loin à la ronde autour de nous. Ce que nous percevons est certainement toujours la réalité. Mais l’image que notre cerveau forme pour nous est déjà une interprétation de la réalité… Il n’y aurait donc de réalité objective que pour nos yeux, pas pour notre cœur, notre 6e sens ?

Ancré dans une dimension parallèle, nos sens intérieurs – sont-ils aussi cinq ? – ne sont pas orientés vers le même environnement et captent des signaux différents, venus d’univers méconnus, du dedans… Pour beaucoup, ces sens intérieurs sont largement mystérieux, plus complexes à employer, à maîtriser ; encore faut-il préalablement avoir découvert leur potentiel et s’être mis à leur écoute…

Dans un monde matérialiste, nul doute que c’est sur la base des deux yeux fixés sur la figure humaine que le diagnostic va tomber : « Il faut le voir pour le croire ! » Domination des sensations extérieures qui sont tout autant de diktats si elles ne sont pas balancées par des « vues » alternatives…
Le scientifique qui construit son hypothèse et va à tâtons à travers vents et marées à la recherche de la vérité ; le philosophe qui avance à pas feutrés sur un terrain difficile à la recherche d’une vision plus juste du réel ; le croyant qui, malgré les apparences et les signaux d’alarme, poursuit sa route dans la confiance le savent tout trois : croire donne aussi de voir ! Donner crédit aussi à nos sens intérieurs, c’est comme marcher sur nos deux jambes ! Encore faut-il avoir une conscience éclairée pour avancer.

Le christianisme ne fait pas fi de la raison humaine, mais il invite à dépasser nos perceptions primaires… Marie-Madeleine voit Jésus vivant, mais elle est aveuglée et ne le reconnaîtra que lorsque Jésus prononcera son nom ! (Jn 20, 16). De son côté, Thomas, lui, a besoin de voir pour croire. Jésus dira à ses amis : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu ! » (Jn 20, 29).

« Y croire », c’est éduquer et exercer nos sens intérieurs au sens et à la réalité profondes de l’existence et leur donner pouvoir de nous conduire vers plus loin, vers plus beau, à travers les Golgothas de nos Vendredi Saint, jusqu’à la Lumière de Pâques… Alors que verrons-nous ?

Paru dans Journal Vie et Foi, no 188-2019

Crédit image : 
(c) pontifexenimages.com

mercredi 27 février 2019

Revenir à l’essentiel…

Non, ceci n’est pas une publicité pour un magazine ! Plutôt une invitation au voyage… Voyager léger, c’est si agréable : on se sent libre. Je me souviens des vacances familiales de mon enfance. Nous partions chaque été en camping. Mes parents chargeaient la minuscule VW polo familiale avec le « strict nécessaire » pour la semaine puis nous installaient, mes deux petites sœurs et moi, entre les bagages et le plafond de la voiture. Il fallait nous y voir ! Et ne croyez-pas qu’au fil du temps les enfants demandent moins de matériel… Plus les années passaient, plus la quantité de matériel devenait impressionnante : grande tente familiale, vélos, bateau pneumatique, table et chaises… Une année, la voiture était tellement remplie et couverte de matériel du toit au pare-chocs (arrière évidemment) qu’il fut décidé qu’une remorque fût nécessaire l’année suivante… Ce qui arriva ! Bref.

En avançant dans l’existence, nous accumulons une quantité ahurissante d'objets divers. Nos maisons ne sont-elles pas remplies de bibelots en tous genres, souvent complètement superflus, parfois abimés ou même oubliés – et pour lesquels nous avons déboursé de l’argent ! « Car, même si l'on pointe facilement du doigt l'inutilité de ces objets, 53% des Français n'hésitent pas à dire qu'ils ressentent de la frustration et du regret lorsqu'ils doivent se séparer de ces choses. 36% des personnes interrogées assument même le fait de conserver ces objets parce qu'ils n'ont pas envie de les jeter. »1 L'accumulation nourrit notre puissant besoin de sécurité, même si nous savons plus ou moins consciemment que nous baignons dans l’illusion…

Par ailleurs, des amis qui déménagent m’ont confirmé la joie qu’ils ont sentie de se débarrasser de « toutes ces choses » et de repartir plus libre. En fait, il est relativement aisé de faire ce tri lorsque le départ est prévu. En revanche, si l’on est contraint de s’y mettre à l’improviste, ça risque de coincer… sans compter que, si l’on ne vit pas seul, il faudra se mettre d’accord avec ses proches. Cas extrême : un ami français a vu brûler entièrement sa maison sans qu’il n’ait rien pu prendre avec lui. Il m’a avoué être resté en pyjama dans la rue en attendant les pompiers et en regardant les flammes détruire tout ce qu’il avait avec un infini désarroi.

Outre le drame humain de se trouver sans rien, sans cesse, nous sommes tentés de réduire ce que nous sommes à ce que nous avons, de faire de nos chaumières ici-bas des demeures éternelles, de faire de nos sentiers des dépotoirs, d’emplir nos poches de vent… A l’homme qui avait accumulé de grandes richesses, Dieu dit : « Tu es fou, cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ? » (Lc 12, 20)


Nous n’avons pas le courage aujourd’hui de nous défaire de tout notre fatras ? La vie et ses épreuves s’en chargeront tôt ou tard : quelle rude et bonne nouvelle ! Arrivés nus (en réalité !), nous repartirons REMPLIS DE LUI à la mesure de ce que nous aurons VIDER EN NOUS…

« Jésus envoya ses disciples en mission. Il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route, mais seulement un bâton ; pas de pain, pas de sac, pas de pièces de monnaie dans leur ceinture. Mettez des sandales, ne prenez pas de tunique de rechange. » (Mc 6, 7-9).

Paru dans le Journal Vie et Foi, no 189-2019

Crédit image :
© img.huffingtonpost.com
Légende : Bon débarras !

____________________
(1) https://www.huffingtonpost.fr/2016/10/17/plus-dun-francais-sur-deux-reconnait-quil-possede-trop-dobjets-exclusif_a_21582961/

vendredi 15 février 2019

La communion tous azimuts !

En ce mois où est célébrée la semaine de l’Unité des Chrétiens, je vous propose une petite balade au pays de la communion. « Communion », voilà un mot-tiroir plein de sens ! Pour élargir l’esprit des enfants à ce sujet, les catéchistes aiment parfois disséquer ce mot pour en trouver d’autres de la même famille qui l’éclairent. Qu’y aperçoit-on ?

-    « Commun » : Que peut-on avoir en commun se demandent des amis ? Nos goûts, nos idées ?
-    « Comme » : Voici un mot pour parler des ressemblances.
-    « Commune » : c’est la grande communauté locale réunie autour de son Conseil municipal.
-    « Union » : C’est ce lien fort, ce désir d’être ensemble qui nous relie les uns aux autres par exemple lorsqu’on parle du mariage…
-    « Muni » : Si je le suis, c’est que j’ai tout dont j’ai besoin.
-    « Uni-e » : se dit par exemple d’une couleur lisse et sans inégalité ou d’une famille où l’on ne trouve pas de division !
-    « Un » : Dans une prière, Jésus demande à son Père que tous les hommes soient « un » (Jn 17, 21), c’est-à-dire qu’ils ne forment qu’un seul Corps.

Et voilà la « communion » éclairée de multiples manières !

A l’origine, le mot est formé de deux autres termes : « cum », avec, et « munus », la tâche ou la charge, comme dans « municipal ». Ainsi étymologiquement, le mot « communion » a une portée politique au sens large et signifie « avoir une responsabilité commune ». La « commune » au sens politique et territorial, c’est donc l’ensemble de celles et ceux qui prennent part aux charges communes. On trouve encore, selon la même origine, le mot « immunité » qui signifie justement être exempté des charges. On le voit bien, les sphères sociale et politique, bien qu’elles soient des espaces fort conflictuels, sont des hauts-lieux de « communion » ! Voici donc la communion envisagée sous un angle nouveau et dynamique, puisqu’il pointe sur une responsabilité, une œuvre commune à faire advenir.

Sur le plan ecclésial, la communion (le fait de consommer le Pain) implique aussi ce sens premier, social, mais il est transcendé ! Les chrétiens utilisent le mot « communion » pour parler soit du Pain de vie (le Pain-Corps est en lui-même la « communion », soit aussi du moment de la célébration où le peuple s’approche de la Table pour s’en nourrir…

Nous en avons trop souvent une perspective individualiste (communier pour me nourrir spirituellement, pour m'apporter à moi un réconfort). Le champ sémantique originel du mot nous oblige à en élargir considérablement la portée : je vais (démarche active) communier pour m'engager, avec toute l’humanité réunie mystérieusement au Christ en un seul Corps, au service de l'œuvre commune à laquelle le Christ invite chacun : le salut du monde. Communier, c'est prendre part à la rédemption. Il s’agit d’un engagement qui consiste à se mobiliser, à se mettre au travail au service d’une œuvre de salut qui inclut toute l’humanité ! Evidemment, cela commence en soi-même…

Un être dispersé, désuni à lui-même et aux autres n’est qu’un sous-être qui a besoin d’être restauré, relevé, redressé. Dans l’Evangile, le cas du possédé de Gérasa (Mc 5, 1-20) qui vit dans les tombeaux est un exemple frappant… L’appel à vivre en communion est inscrit au plus profond de l’être : nous sommes conçus pour « exister en communion ». Cet appel est d’autant plus fort que, lorsque cette communion est rompue en nous et/ou entre nous, nous en souffrons terriblement… Cette souffrance n’est-elle pas le rappel douloureux que nous sommes justement faits pour « communier » ?

Que ce soit au sens de l’unité intérieure, au sens social et politique ou au sens chrétien, la communion n’est donc pas optionnelle : elle est une nécessité vitale pour l’homme. C’est même la condition première du développement et de la croissance intégrale de l’Homme.

Crédit images :
© Marion Perraudin
(communion 1)
© http://img.over-blog-kiwi.com
(communion 2)

mercredi 26 décembre 2018

Nativité du Seigneur

A l'orée de la célébration de la Nativité, comment rester "lucides", malgré l'éclat tourbillonnant de toutes sortes de lumières ?
Comment laisser le scandale de l'injustice venir percer nos ambiances feutrées ?
Comment rouvrir nos portes closes par nos angoisses ?
Comment raviver en nous la puissance subversive de l'incroyable aventure de la Nativité au cœur de nos noëls roses-bonbon ?
Comment ?...

Au cœur du monde, n'être pas du   monde...
Poser un regard émerveillé sur ce tout petit enfant-sauveur...
Laisser son regard être transformé pour qu'il se pose un "peu-plus-loin",… au-delà !

Heureux d'avancer au large avec vous, chers amis, comme compagnons de route dans le Christ :
je vous souhaite une sainte Nativité avec plein d'espaces de fraternité.

"Réjouissons-nous car IL est proche."

vendredi 14 décembre 2018

Un juge étrange

« Accepteriez-vous de dépendre de juges étrangers ? » : Formulée ainsi, la question appelle une réponse assez rapidement claire et univoque qui ne tarde pas à monter intérieurement en chacun de nous ! Nous aimons l’autonomie – nos propres lois – plus que de raison ! Le dilemme fondamental « autonomie contre dépendance » constitue l’un des plus difficiles que l’humain doive affronter. Nous expérimentons chaque jour à quel point cette opposition est un champ de tension.

L’unité de la communauté des Waldstaetten au 13e s. s’est construite en grande partie à partir de cette volonté, chevillée au corps, de ne pas dépendre du droit ou des jugements d’autrui. Les difficultés de la Suisse moderne à rejoindre des entités supranationales (UE, ONU, etc.) ou l’idée de neutralité soulignent cette volonté légitime d’indépendance. Mutatis mutandis, il en est ainsi sur le plan individuel. Chacun le vit : la réponse à ce dilemme n’est jamais absolue, ni définitive. Elle est une ligne de crête qui sourit à qui sait se faufiler entre les rochers, éviter les congères et utiliser les vents. Ce délicat « slalom » nous pousse à trouver sans cesse des réponses toujours nouvelles, au-delà du dilemme. L’idée d’interdépendance exprime bien le défi à relever pour les peuples comme pour les individus… Être interdépendant, c’est respecter et accepter à la fois l’existence de possibles et de limites.

Tirons un parallèle avec les enjeux d’une vie chrétienne. L’humain est profondément tiraillé entre ses désirs profonds de liberté et d’autonomie et son angoisse d’être « soumis à », de « dépendre de »… Nous nous soumettons difficilement – à juste titre – au jugement d’autrui : les examens, par exemple, sont pour nous toujours un moment crucial… « Juger », rien que le mot fait frémir ! Il a même été éjecté de notre bonne vieille méthode AC… En revanche, chacun se soumet volontiers à lui-même : n’est-ce pas une grossière erreur ? Ne sommes-nous pas souvent les juges les plus intraitables envers nous-mêmes ?

Nous, chrétiens, avons particulièrement conscience que nous serons jugés : nous nous le rappelons à chaque messe. Dieu : voilà un juge étranger autant qu’étrange. « Quoi ! Il nous aime ! » : est-ce bien impartial ? « Il veut nous sauver » : de quoi ? Il souhaite nous soustraire à nos verdicts infâmants sur nous-mêmes ! Empressons-nous donc d’apprivoiser ce juge étrange qui siège en nous et qui fait preuve de tant de patience et de miséricorde. Il avait pris les devants et averti ses amis : « Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés ! »

Pascal Tornay


lundi 24 septembre 2018

Se redonner une chance...

Plus on est proche les uns des autres, plus les opportunités de se blesser sont nombreuses : est-ce si étonnant ? Un jour, un homme m’a raconté avoir remarqué ceci : « Lorsque, à l’orée d’un bon repas, notre hôte vient à renverser son verre d’apéritif sur la nappe fraîchement blanchie et repassée, personne autour de la table ne s’offusque. On l’assure que « ce n’est rien du tout ! » On ajoute même : « Qu’importe ! Voilà juste quelques taches qui disparaitront bien vite au lavage ! Ce n’est qu’une simple nappe. On va vous resservir, ne vous inquiétez pas ! » Mon interlocuteur poursuit : « Maintenant rembobinons, changeons les acteurs et plaçons Monsieur et Madame en famille dans la même situation. Entendrions-nous les mêmes paroles rassurantes et apaisantes ?... Pas si sûr », conclut-il. Chacun aura fait ses expériences en la matière…

Je me vois pris parfois dans cet étau entre moi et moi-même où, englué dans les mailles du quotidien, empêtré dans mes peurs (manque de liberté intérieure), dans mes limites émotionnelles (manque d’amour de moi-même), dans mes ornières relationnelles (manque d’attentions à l’autre), je me sens comme un pauvre prisonnier. Puis, lorsque « la moutarde est retombée », la déception m’envahit : n’étais-je pas libre d’agir autrement ? Pourquoi de tels drames pour si peu de choses ? Pourquoi avoir dit ces mots blessants (que chacun connaît pour les avoir proférés ou reçus un jour en pleine figure) ? Et surtout, pourquoi envers toi – mon/ma chéri/e – avec qui j’ai choisi de bâtir ma vie ? Toi que je dis aimer et avec qui j’ai traversé toutes ces années ? Oui, je suis pris de dégoût !

Être pris de dégoût pour une attitude destructrice n’est-ce pas positif ? C’est faire l’expérience réaliste que je ne suis pas l’Amour ! C’est dans cette épreuve que vient se nicher une expérience vivifiante : celle de la miséricorde ! Malgré mon dégoût, le Christ m’appelle à poursuivre mon chemin avec lui, malgré tout. Accepterais-je de me regarder encore une fois comme lui me voit pour recevoir de lui une nouvelle chance ? Dieu nous accorde sans cesse une nouvelle chance, car rien n’est jamais perdu en Lui. Et ceci est une source inouïe d’espérance !

Si je parviens à me laisser regarder encore une fois avec tendresse et confiance par le Seigneur, par mon conjoint, et à me regarder moi-même avec indulgence, alors ces regards me font vivre réellement une expérience de résurrection.

Je demande au Seigneur, pour vous et pour moi, la grâce de pouvoir offrir avec joie une nouvelle chance à celles et ceux qui m’ont blessé.

Pascal Tornay

Saint ?

Si nous disions « devenir saint », plutôt que « être saint » ? En-deça encore, le simple fait de « vouloir devenir » induit déjà un mouvement profond, un déplacement très intérieur mais bien réel ! Les saints d’ici bas ne sont ni parfaits ni impeccables, mais ils se sont laissés désencombrer de leurs velléités. Vouloir devenir saint est un chemin marqué par le désir de se laisser orienter par le Christ, par le fait de commencer à consentir à être qui l’on est, y compris avec nos fêlures… Elles qui laissent si bien passer la lumière ! Vouloir devenir saint, c’est oser laisser Dieu avoir prise sur notre quotidien, le laisser faire la communion en nous et entre nous. C’est accepter de LE laisser d’abord prendre soin de nous !

Pour entrer dans ce mouvement, il faut désencombrer notre vie intérieure… Dieu sait si c’est rude ! Vouloir devenir saint, c’est commencer à faire preuve d’un peu de douceur envers soi-même. Cette tendresse rejaillira et sera un baume pour nos frères. C’est regarder avec les yeux du Christ. M’envisager comme Lui m’envisage : regard encourageant et miséricordieux. En abandonnant nos fausses images de nous-mêmes, en lâchant nos rengaines intransigeantes ou culpabilisatrices, nous avons l’impression de mourir ! Et pourtant…