Aimer - connaître

Aimer - connaître
Photo de Guy Leroy

lundi 17 novembre 2008

La volonté de Dieu, ça fait peur !

L’Eglise affirme que Dieu a un plan d'amour sur chacun de nous. Source créatrice de toute vie, nous croyons qu’il sait ce qui est le meilleur pour nous, puisqu’il nous connaît plus intimement que nous-mêmes, comme disait St Augustin. Faire la volonté de Dieu : cette idée ne heurte-t-elle pas notre désir fondamental de liberté ? A bien des gens, cette affirmation provoque des frissons. Et je n'ai pas été une exception... 

Au long d’une période de troubles, j'ai progressivement découvert que, pour connaître la volonté de Dieu sur moi, il s'agissait de la faire advenir. En effet – j’aurais envie de dire – elle ne tombe pas du ciel comme un couperet. Ce n’est pas une volonté-clés-en-mains. Non, Dieu est plus fin que cela… Ce n’est pas un maniaque qui créerait des êtres libres d’un côté pour les dominer de l’autre. 

Pour ma part, j'ai toujours agi d'abord selon mon cœur et je demandais ensuite au Seigneur Dieu de guider mes pas en me montrant concrètement si mes choix était véritablement constructifs. En prenant le risque de suivre d'abord mes vues ; en me laissant guider le plus honnêtement possible ensuite, j'ai toujours pensé que je faisais la volonté de Dieu. C'est un peu la volonté de Dieu par la négative ! Voilà le deal que je faisais avec Dieu : 

« Seigneur, je souhaite faire tel choix. Cette option me convient aujourd’hui et qui me semble bonne. Et Toi, si Tu penses que cette route ne me rendra pas heureux, je sais que Tu me le montreras par des signes que, j’espère, je saurais voir ! » 

Il a été d'accord de marcher avec moi partout où j’ai choisi d’aller. A certains moments, vu la situation et les signes sur ma route, j’ai dû accepter d'ouvrir les yeux et les oreilles pour regarder les choses en face et faire route vers ailleurs…

Si bonne soit-elle, je me refuse à comprendre la volonté de Dieu comme une loi simplement extérieure à moi, comme un plan précis et entièrement ficelé auquel il faudrait adhérer à tout moment en tout. Je ne vois pas la volonté de Dieu comme un diktat, comme une manière règlementée de vivre qui nous serait imposée d’en-haut et à laquelle il faudrait constamment coller pour avoir les faveurs divines et être heureux. Ce n’est pas ainsi que le Seigneur entend nous faire part de sa volonté. Non, avec cette manière de voir, je crois qu’on ne s’en sort pas. Cachée derrière cette vision, il y a, me semble-t-il, une image de Dieu qui ne colle pas au Dieu de Jésus Christ : Lui, tout amour et infiniment respectueux de la liberté de l’Homme.

Je crois plutôt que la volonté de Dieu advient dans notre vie lorsque nous nous mettons à la  construire avec Lui, dans une alliance d’amour mutuel et de liberté. Cependant, malgré toute notre bonne volonté, nous ratons la cible (c’est le sens originel du péché). Je crois qu’objectivement, il y a des manières de vivre, des manières d’être qui ne collent pas à la volonté de Dieu et qui ne permettent pas un épanouissement. J’en ai fait l’expérience à travers des choix de vie, des choix professionnels ou affectifs qui se sont révélés après coup clairement erronés. Pour autant, gardons-nous de juger trop vite telle ou telle situation, car tant d’éléments nous manquent pour dire ce que, après coup, il aurait fallu faire. Si nous confions notre vie au Seigneur, il nous gardera en sa protection quels que soient nos chemins. Il est vrai que, ce qui est vraiment bon pour nous n’apparaît pas souvent clairement à notre cœur. Peut-être que ce qui est franchement mauvais nous semble parfois plus évident… Quoi que !

Je pense qu’il existe bel et bien des choix de vie plus ou moins heureux selon les êtres, mais que tout n’est pas fixé. Les paramètres pour effectuer un « bon choix » nous échappent à peu près complètement. Je crois sincèrement que, chacun étant unique et particulier, vivre d’une certaine manière, à une certaine place, dans telle ou telle position sociale avec tel environnement professionnel rendra tantôt celui-ci heureux et celle-là malheureuse. Je crois que ce qui rend la vie savoureuse, c’est que ce que Dieu souhaite de meilleur pour nous est à découvrir au gré des chemins sinueux de notre vie et que ces chemins sont multiples. En effet, avec Dieu, tout est grâce. Des mauvais choix que nous aurions pu faire et des impasses dans lesquelles nous aurions pu nous enfiler, il peut tirer un bien encore plus grand. Je crois que la volonté de Dieu traverse chacune de nos options de vie. Ce qu’il attend de nous doit se lire entre les lignes de nos activités quotidiennes. L’activité, c’est la surface. Lui nous attends au-dessous, dans la matrice de nos choix, au cœur de nos intentions et de nos engagements. Le prophète Michée le résume parfaitement :

« On vous a enseigné la conduite juste que le Seigneur exige des hommes : il vous demande seulement de respecter les droits des autres, d'aimer agir avec bonté et de suivre avec soin le chemin que lui, votre Dieu, vous indique. » (Mi 6, 8)

St Augustin le disait en d’autres termes : « Aime et fais ce que tu veux ! » Faire la volonté de Dieu, c’est – indépendamment de mes options de vie – accepter de mettre le cap sur l’horizon le plus haut qui soit : le don de sa vie dans tous les sens du terme. Faire sa volonté consiste avant tout à se mettre en route avec Lui, Source de l’amour, pour essayer sans relâche de mettre en correspondance sa vie extérieure et intérieure, ses activités, son quotidien avec cet appel à l’amour et au don de soi que chacun porte en lui. La volonté de Dieu sur chacun n’est donc pas une volonté toute faite et extérieure à soi qui viendrait se plaquer sur l’existence. Non, c’est un plan d’amour que chacun porte en lui-même et qu’il s’agit de découvrir progressivement dans un mouvement d’alliance.

Tu auras alors la belle surprise de découvrir avec un bonheur immense que cette volonté était inscrite en toi et que, allant au plus profond de toi-même en vérité, elle se confondait… avec la tienne !

Pascal Tornay
Décembre 2012

« Aime et fais ce que tu veux.
Si tu te tais, tais-toi par amour,
Si tu parles, parle par amour,
Si tu corriges, corrige par amour,
Si tu pardonnes, pardonne par amour.
Aie au fond du cœur la racine de l'amour :
De cette racine, rien ne peut sortir de mauvais. »
St Augustin

Aucun commentaire:

Publier un commentaire