Aimer - connaître

Aimer - connaître
Photo de Guy Leroy

mardi 13 octobre 2009

Se marier ou pas, ça change quoi ?

Je veux parler ici du mariage chrétien, c'est-à-dire du sacrement du mariage. Que peut-il bien ajouter au contrat civil? Le mariage civil n’est-il donc pas assez « sérieux » pour en remettre une couche ?

Cette question est de plus en plus souvent soulevée dans les régions où la foi chrétienne n’est plus vécue, plus guère connue même. Pourquoi se rendre quand même à l’église lorsque la vie de foi ne dit plus rien ? Que cherchent les personnes qui sonnent à la cure et demandent le mariage ?

1. Hyperliens WEB au sujet du mariage chrétien
2. Article sur les problématiques pastorales actuelles
3. L’accompagnement des jeunes couples en vue du mariage sacramentel.

Je me souviens d’un prêtre qui me contait cette anecdote. Cela se passe en France voisine. Un couple sonne à la cure et demande au prêtre de célébrer leur mariage. Tout heureux, le prêtre les fait entrer, s’asseoir, leur propose un verre à boire et leur lance : « Ah, quelle joie de voir que vous voulez unir vos vies devant Jésus Christ ! » Tout ébahis, les fiancés demandent alors au prêtre qui peut bien être ce « Jésus Christ » qui devrait être présent lors de leur célébration. Le prêtre comprend immédiatement le degré d’ignorance des fiancés et leur montre une croix. Il leur demande s’ils en ont déjà vues. Les fiancés de plus en plus déconcertés répondent que oui. Soudain l’homme s’exclame alors tout fier : « Ah oui, je sais. Bien sûr, c’est le mec qui est dessus ! »

Ces cas sont de moins en moins rares ! Et comment le leur reprocher, puisque ceux-ci n’ont connaissance que des pratiques « sympa » des chrétiens… De belles cérémonies ; une pratique sociale incontournable, voilà ce qui les poussent…. Mais que voilà une approche toute extérieure du mariage chrétien ! Que veut-on ? Ils vont là où le monde les pousse !

Alors, avec un immense amour, il faut faire la lumière, et discerner lentement. Amener à un choix plus lucide pour que les fiancés puissent exercer leur liberté et, après avoir fait un peu plus connaissance avec Celui qui est la pierre d’angle et qui fonde le mariage chrétien, se décider si oui ou non, le chemin était
bien celui qu’ils pensaient...

Allons savoir si chez nous, le désert de l’ignorance n’est pas aussi en train d’élargir son emprise. Personnellement, je le crois.

Se marier à l’Eglise qu’est-ce que ça change ? Le mariage chrétien s’appuie sur son voisin civil. Il l’amène cependant sur un sentier plus exigent encore pour le rendre parfait ! Le mariage chrétien se situe donc sur un autre plan. L’un est un contrat humain adossé au droit civil. Il est révocable selon certaines conditions. L’autre est adossé à la spiritualité chrétienne, à la mort et à la résurrection de Jésus Christ sur l’amour de qui le couple va fonder sa vie. Nous ne sommes donc pas au même niveau, l’amour selon le droit civil ou selon l’Esprit du Christ, ce n’est pas tout à fait pareil… Mais il y a une intéressante complémentarité qui n’a échappé ni à l’Eglise, ni à l’Etat.

L’approche spirituelle du mariage chrétien est beaucoup moins connue, largement ignorée même. Si seulement cela pouvait devenir la vraie motivation des fiancés ! Le fait est que le mariage chrétien attire encore, car il est célébré magnifiquement. Il laisse place à la beauté, à la musique et aux chants, à tout une assemblée réunie autour des fiancés et à un lieu sacré – l’église – qui se fait toute accueillante l’instant de la célébration. Pourtant, si les fiancés en restent là, c’est un peu raté ! Si l’équipe de préparation n’a pas pu leur présenter – au moins un peu – notre Dieu, leur faire faire l’expérience de son amour pour eux, son désir de bonheur pour leur couple… alors qu’est-ce que ça peut bien changer de se
marier à l’église ?

Alors osons les provoquer un peu : « ça vous dirait de faire un peu plus connaissance avec Dieu ? Non ? Bon… Et l’amour, ça vous intéresserait de faire connaissance avec l’Amour ? Oui ! Alors réjouissez-vous ! Dieu et l’Amour ne font qu’un ! Avez-vous déjà vu une croix sur les bords des chemins ? Oui ? Voici l’Amour, c’est Lui ! Je peux vous en dire plus, vous voudriez le connaître ? »

Vous me voyez venir… Je sais qu’il faut du temps pour proposer ce chemin aux financés parfois situés parfois aux antipodes du sens chrétien du mariage. Plus éloignés ils sont, plus de temps il faut. Mais pourquoi répondre si vite à leur désir fou de se marier ? Quelle urgence y a-t-il donc ? Rappelons-nous que le mariage chrétien est indissoluble. Quel sage ne prendrait pas le temps du mûrissement dans ces conditions ? Si le divorce n’existe pas dans la vie de l’Eglise, il existe bel et bien dans le monde. Il s’agirait bien d’en prendre note si nous souhaitons que les mariés soient et restent des témoins véridiques ! Si nous bénissons leur union, autant qu’ils sachent que le mariage chrétien vise au témoignage de l’amour divin donné et jamais repris. C’est difficile ça ! Allons donc, c’est impossible même ! Autant qu’ils le sachent…. Quel couple expérimenté va pouvoir témoigner d’une route possible ? Qui peut leur dire que nous croyons qu’avec Celui qui est l’Amour, nous le pouvons ? Nous le pouvons en entrant en intimité avec le Dieu de Jésus Christ, en puisant la force de tenir bon au cœur même de nous-même, là où notre Dieu est vivant.

Alors le mariage n’est plus seulement le fait de vivre ensemble, plus seulement une grande fête d’un jour solennelle et magnifique, plus seulement une autorisation de coucher ensemble, plus même un mode de vie où il est naturel de s’engouffrer. Il dépasse tout cela. Il est une image de ce qui se passe dans le Ciel, dans le cœur de Dieu.

Bref, je souhaite que l’Eglise propose le sacrement de mariage aux fiancés après avoir discerné plus profondément avec eux leur désir, l’ampleur spirituelle qu’ils veulent donner à leur amour. L’Eglise osera-t-elle accréditer le mariage civil d’un peu plus de poids ? Elle laisserait ainsi aux fiancés le temps de franchir les pas nécessaires s’ils souhaitent laisser une place plus grande encore au Christ dans leur vie conjugale. Selon moi, le mariage sacramentel ne devrait pas être une urgence. Il pourrait très bien être célébré après un certain temps de vie ensemble. A célébrer trop vite (sous la pression des fiancés eux-mêmes d’ailleurs souvent….), sans assez de discernement, l’Eglise porte ensuite une grosse responsabilité d’avoir proposer une alliance indissoluble à des personnes qui n’avaient pas suffisamment conscience de la signification profonde de l’acte qu’ils posaient. A l’Eglise de rassurer, d’accompagner, d’enseigner…

Alors qu’est-ce que ça change de se marier à l’Eglise ? Rien si je ne suis pas d’accord de me mettre en quête du Dieu vivant au fond de moi. Rien si je ne suis pas accompagné ! Comment faire pour entendre sa voix ? S’arrêter, prendre le temps de rester en silence par exemple. Puis, persévérer dans cette démarche… car il faut le temps ! Cela ne change rien à première vue car, comme pour le grain planté en terre, il va falloir du temps pour voir que, en ce temps-là, Dieu avait semé.

Si le Dieu tout-puissant d’amour souhaite être partenaire de mon couple et que j’ai confiance en Lui. Alors là l’envergure de mon projet de mariage va changer ! Le crois-tu ? Dieu partenaire de ma vie de couple ! Bon sang, ce n’est pas rien ça ! Mais pour que l’Amour du Ciel fructifie et solidifie mon couple, Dieu compte sur nous : pour l’irrigation, le binage, l’entretien... Dieu est partenaire de mon mariage, il assume sa part. A nous d’assumer la nôtre. C’est l’alliance ! Un couple à trois, n’est-ce pas plus solide ?

Pascal Tornay

Aucun commentaire:

Publier un commentaire