Aimer - connaître

Aimer - connaître
Photo de Guy Leroy

dimanche 9 mars 2008

Discrétion

Nature morte... sur l'île de Groix
(au large de la Bretagne sud
où j'ai marché cet été).
Un hymne à la discrétion ! Il y a dans la nature des milliards de vie qui jaillissent et qui meurent sous les yeux de personne. Indispensable et merveilleux cycle de la vie "éternelle" sans laquelle les Homme ne survivraient pas. Chaque jour, dans la banalité totale, le monde est créé... Alors que l'Homme se croit puissant parce qu'il peut aussi créer, il est aveuglé par son pouvoir, sa force. Ce qui pourtant crée et recrée le monde, c'est le don. Le don de soi, le don de Dieu. Il faut accepter la mort au sens le plus large pour que la vie soit victorieuse. Qu'elle règne ! Un papillon qui s'éteint dans un bois, en voilà une insignifiance ! Mais c'est dans l'infiniment petit que - paradoxalement - l'infiniment grand est rejoint. Un cycle de création, de recréation. Dieu crée le monde... Ouvrons les yeux ! Cela se passe aujourd'hui... sous les yeux de personne.
Discrétion

Papillon voletant dans l'ombrage
J'écris à l'instant tes courtes mémoires
Quand les villageois se mettront à table
Toi, tu seras bien loin petite bête.

Tu te sauveras avant que n'arrive la lune.

Il est écrit qu'à une encâblure demain, tu mourras.
Tu te prépares à souffrir sur l'écorce de l'arbre en fleur
Ouvre tes ailes dentelées une dernière fois : spectacle.

Ephémère existence, emplie de l'absurdité animale.
Qu'est-ce que vivre, pour toi, si ce n'est attendre de mourir.
Pas d'espoir, pas de rancune, un vide à remplir.
Tu devais juste être. Et tu fus bel et bien. Tu es beau.

Tu es le petit rien qui fait les grands touts.

Tu ne signifie rien en toi-même, mais tu es indispensable.
La Création n'a pas conçu d'être sans toi.
Tu lui obéis, elle n'est pas reconnaissante: absurde contrat.

Tu fais ton devoir : te multiplier par toute la terre.
C'est accompli, c'est grandiose, c'est discret.
Dans une totale indifférence et sous les yeux de personne.
Tu meurs.

Pascal Tornay

Aucun commentaire:

Publier un commentaire